Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le "corps étranger"

par bbc2033 12 Octobre 2015, 15:02

La puce RFID non désirée de Bob Boyce, et la tumeur qui y était associée, ont été enlevées

Bob Boyce, un inventeur qui travaille sur les cellules d’Hydroxy, devant permettre de diminuer la consommation d’essence, avait été "pucé" à son insu avec deux RFID Verichip. Une tumeur s’était installée autour de la seconde puce chez l’infortuné qui a finalement pu se débarrasser des deux cancers qui le rongeait : la puce et la tumeur.

Il aura fallu un an pour trouver un chirurgien qui accepte de lui retirer la puce et de documenter le tout juridiquement. L’opération a été filmée, et les pièces ont été ajoutées au dossier. Boyce s’est enfin fait retirer le second implant VeriChip hier, ainsi que la tumeur qui y était associée. Cette fois, l’équipe chirurgicale a documenté la présence de l’implant avec des photos, et le chirurgien a placé le "corps étranger" dans un récipient pour échantillon qu’il a scellé afin d’établir une chaîne de détention de preuves.

Une seconde micro-puce implantable VeriChip a été enlevée hier de l’épaule de Bob Boyce, micro-puce qui avait été placée là sans son consentement et à son insu. La couleur bleue provient d’un colorant qui met en évidence les cellules cancéreuses, qui ne sont pas rares à se former avec les implants VeriChip.

L’année dernière, nous avions signalé que Bob Boyce, l’inventeur hautement vénéré de systèmes électrolytiques ultra-efficaces et d’un circuit de batterie se rechargeant automatiquement, maîtrisant l’énergie provenant de l’environnement, avait contracté un cancer en terminal et que le point d’origine était une micro-puce VeriChip que quelqu’un avait implantée dans son épaule droite à son insu et sans sa permission.

Il s’était fait enlever une puce, mais il s’était avéré qu’une autre puce était toujours là, implantée plus profondément, comme cela avait été confirmé par une radiographie.
Il a vécu avec celle-ci pendant un an, mais il l’a finalement faite enlever hier à l’Hôpital régional de Fannin à Blue Ridge, en Géorgie.

Le personnel chirurgical de Fannin a pris des photos alors que la puce était enlevée du tissu et placée dans un récipient à échantillon, étiqueté "corps étranger", et scellé par le chirurgien. La couleur bleue du tissu provient d’un colorant qui a été injecté pour marquer les cellules cancéreuses.
On a documenté le fait que de telles puces suscitent parfois des tumeurs à l’endroit où elles sont implantées , comme cela fut le cas avec Boyce.

Le "corps étranger"


Ci dessous : un modèle analogue de Verichip

Ci dessus : La VeriChip a été placé dans un
récipient à échantillon, et scellé par le chirurgien.


Boyce a publié des photos du procédé sur son site Internet, avec le commentaire suivant :"Certains ont dit que cette VeriChip était un produit de mon imagination. Eh bien, le retrait de cette VeriChip "imaginaire" a été documenté sur film par le personnel du service de chirurgie".
La première fois que Boyce avait remarqué ce qui s’avéra être la première des deux puces, était au début du mois d’avril 2009, lorsqu’il travaillait avec un ancien associé, Bob Potchen, de la société Precombustion Technologies Inc., rebaptisée à présent "The Cell", et qu’il avait rencontré pour la première fois en juillet 2008. Potchen, ayant anciennement fait partie de la NSA, mettait en application la technologie de booster d’essence hydroxy de Boyce dans un produit, afin de commercialiser celui-ci. Leur relation était devenue de plus en plus tendue, et Boyce se préparait à s’en aller

Après avoir bu un "rafraichissement" que Potchen avait fourni, Boyce s'était endormi dans un bureau du siège de PTI et avait dormi toute la nuit. Lorsqu’il se réveilla, son épaule droite semblait avoir été engourdie, et quand il l’a frotta, il remarqua une petite bosse dure, juste là. S’étant fait récemment enlever une tumeur bénigne de la peau, il supposa que c’était juste une autre tumeur, et n’y pensa plus, jusqu’à ce que la peau soit devenue rouge et que son épaule soit devenue très douloureuse plusieurs mois plus tard.

De retour à son propre laboratoire, il remarqua que son épaule "transmettait" des rayonnements radiofréquence. Puis quand il se fit enlever la tumeur qui s'est formée là, il regarda cette puce de la taille d'un petit grain de riz avant que le médecin n'emmène le tissus afin qu'il soit examiné par le service de pathologie. Il étudia diverses sociétés qui fabriquaient des puces implantables et il vit que la puce qui avait été retirée de son épaule correspondait aux puces conçues par VeriChip. En particulier, il y a une fine couche blanche ressemblant à du caoutchouc à une extrémité de la puce et sur laquelle le tissu se développe, de sorte que la puce ne migre pas.Le rapport de pathologie ne mentionna pas la puce.

En raison de la situation politique, Boyce avait eu du mal à trouver un chirurgien pour enlever la puce et pour en documenter le retrait. Cette fois-ci, Boyce voulait s’assurer qu’il y aurait une « chaîne de détention » juridique appropriée lorsque la seconde puce était retirée, comme cela fut attesté par le chirurgien lorsqu’il la plaça dans un récipient à échantillon, récipient qu’il scella, étiqueta, data et signa.

La raison de la brouille de Boyce avec Potchen fut que Potchen qui est un ancien membre du renseignement militaire, avait effectué des moficiations à l'appareil générateur d'Hydroxy, modifications que Boyce avait dites réduire l'efficacité de la cellule Hydroxy. Avant ces modifications; la cellule donnait d'excellents résultats lorsqu’elle était installée dans les véhicules d’essai.
Dans un cas, le kilométrage d’un camion est passé de 5,5 mpg (miles par gallon d’essence – 1 gallon = 3,78 l.) à 11,7 mpg – plus du double.

Boyce décrivit un certain nombre de modifications que Potchen avait effectué sous le prétexte de rendre la cellule moins chère à produire mais qui en avait réduit de manière significative l'efficacité. "C'est comme s'il avait saboté intentionnellement le système afin de discréditer ce domaine de la recherche".

Boyce retira son appui à l’appareil de Potchen, et publia ses préoccupations sur certains forums consacrés à l’hydroxy. A partir de là, la saga est longue et de longue haleine, et est toujours en cours. Ceci constitue le dernier développement. Ironie du sort, l’opération de Boyce, hier, se déroulait exactement un an après que nous ayons publié l’histoire : "Le suspect qui a implanté Boyce a été identifié".

PHOTOS

Les photos de la puce ont été prises par le personnel du chirurgien. La VeriChip (appelée « corps étranger » pour des raisons politiques) a été enlevée du tissu (rendu bleu par les colorants utilisés afin d’identifier les tissus cancéreux), placée dans un récipient à échantillon scellé par le chirurgien. Une partie du problème avec la résolution floue (des photos), est que celles-ci sont des photos de photos prises par le personnel. Bob les a postées sur son site, sur :
http://www.bobboyce.org/cancer.htm

Je ne recommande pas de regarder ces photos en mangeant, ce qui est ce que je faisais cet après-midi quand je les ai regardées pour la première fois. Bob m’a envoyé cette photo le 10 décembre, montrant ses points de suture suite à l’opération chirurgicale. La rougeur située à l’avant les points de suture sur la droite sur la photo provient d’une réaction allergique que Boyce a développée au sparadrap utilisé pour maintenir le pansement. Il m’a également envoyé ces rapports médicaux datant de l’an dernier.

RAPPORTS DE PATHOLOGIE ET DE RADIOLOGIE DE 2009

Le rapport de pathologie datant de 2009, lorsque Boyce s’était fait enlever la tumeur causée par la VeriChip, ainsi que la puce, ne mentionnait pas ce corps étranger. Le rapport de radiologie sur la droite provenait des radiographies qui avaient été prises lorsque Boyce avait découvert qu’une seconde puce était toujours intégrée dans son épaule.

Rapport de pathologie de 2009

Pathologists Associated
Boyce

Diagnostic : mélanome malin, de type desmoplastique…
Epaule droite

20/10/2009

RAPPORT DE RADIOLOGIE de 2009

Murphy Medical Center
Boyce

Histoire clinique : corps étranger situé dans l'épaule droite.

Épaule droite, deux points de vue :

Deux points de vue AC (acromio-claviculaires) de l’épaule droite furent obtenus. Il y a un corps étranger métallique sous-cutané de 5,3 mm x 1 mm sur le dessus de la tête de l’humérus et sur le côté de l’articulation acromio-laviculaire.


http://www.next-up.org/Newsoftheworld/RFID.php#2

L'implantation de micro-puces avait été dénoncée par Serge Monast, journaliste d'investigations, dans "Le projet Blue Beam" depuis les années 1980. Ceci n'est qu'une des étapes prévues par le Nouvel Ordre Mondial décrites par Serge Monast, décédé mystérieusement le 5 décembre 1996.

Le "corps étranger"

Haut de page