Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ce n' est pas la presse qui va nous révéler ça !

par bbc2033 15 Octobre 2015, 19:16

 

L’histoire récente du monde doit être observée et interprétée sous l’angle de la domination monétaire si l’on veut la comprendre, car tous les grands événements du siècle passé, et encore de notre présent, font référence à cette lutte occulte du pouvoir bancaire contre celui des peuples souverains. C’est bien pourquoi l’histoire commence avec les Illuminati de Bavière créé en 1776 sous l’égide du jésuite Adam Weisshaupt et soutenu par Mayer Amschell Rothschild. Le but était clair: dominer le monde en utilisant l’arme financière. Tout est parti du Titanic! Et oui aucun événement d’envergure international n’est anodin. Dans ce bateau ont coulé les opposants parmi les plus fameux à la création d’une banque centrale américaine qui deviendra plus tard la Fed reserv.

 

 

Dès lors ces 12 banques ont mis carrément la main sur le pays qui deviendra le plus puissant du monde.  » Qui contrôle la monnaie d’une nation contrôle sa puissance » Mayer Rotschild. N’est-ce pas évident? Et quel meilleur moyen de contrôle sur une nation souveraine que de lui passer la corde au cou de l’endettement exponentiel dû à ces banques? Bref toute l’histoire du siècle à venir sera une guerre sans merci pour imposer le pouvoir de cette Fed au monde entier en se servant du dollar comme monnaie de singe si j’ose dire. La Fed s’est octroyé le droit exorbitant d’exiger que les transactions internationales se fassent en dollar ainsi que la possibilité unique d’être détentrice de la planche à billets du dollar! Un pouvoir unique tenu entre quelques mains, on a la trame du malheur du monde d’aujourd’hui.
Le pouvoir de la Fed, venu d’Angleterre, a déferlé sur l’Europe qui s’est construite uniquement (!) pour permettre la création d’une banque centrale européenne contrôlant les monnaies européennes. Là aussi un pouvoir exorbitant scellé dans le marbre des institutions européennes, dont le terrifiant traité de Lisbonne, qui interdit aux états de chercher d’autres possibilités de financement en dehors des marchés financiers privés et de la BCE contrôlés par qui? Par ces mêmes 12 banques mondiales pardi!

 

Du complot du Titanic au NWO   

>>>  http://www.dailymotion.com/video/xkked2_du-complot-du-titanic-au-nwo_news

 

 

L’Europe, du moins la zone euro, est maintenant dans la même configuration que les USA, c’est-à-dire soumise aux diktats bancaires et sans aucun espoir d’en sortir.
Mais ce n’est pas encore la finalité du plan Illuminati d’origine même si on s’en approche. Le but est le contrôle mondial et pour cela il faut regrouper tous les moyens sous une même autorité mondiale contrôlée par qui? Et oui les 12 même banques au final je ne vous le fais pas dire. Les attaques contre les pays arabes ont pour but essentiel de détruire la finance islamique et la mettre sous le boisseau de la règle internationale d’or qui est de se conformer au desiderata de banques centrales qui agiront partout avec un seul objectif: la rentabilité financière à tout prix. Il faut bien comprendre que la situation de crise que nous vivons actuellement est éminemment favorable aux banques elles-mêmes qui en fait attendent de voir les notes des états souverains se dégrader pour augmenter leurs marges financières! Elles n’ont aucun intérêt à la sortie de crise bien au contraire.

 

 

Je vous passe tous les détails de l’histoire du XX ème siècle mais sachez que tout à voir avec le projet Illuminati. Tout. Des guerres aux famines, aux grandes crises financières, tout est orchestré pour que les populations finissent par accepter un gouvernement mondial qui contrôlera une banque centrale mondiale au moyen d’un état policier global. Je ne vous détaille pas non plus toutes les sociétés secrètes chargées d’influencer dans l’ombre la politique des gouvernants dans l’intérêt bien compris de ce projet. Vous êtes familiers maintenant de ces noms célèbres comme Le Siècle en France, ou Bilderberg, Skull&Bones, la trilatérale, le CFR, le Club de Rome, etc qui ont tous pour objet de corrompre l’élite des nations pour mieux la subordonner à l’intérêt mondialiste bien compris.
Enfin pour agrémenter religieusement cet ordre mondial en marche, car c’est indispensable pour mieux le comprendre, il faut se référer à l’histoire biblique de l’ancien testament et notamment la Genése (chapitre 34 à 50) qui explique l’histoire de l’ascension du « nomade » Joseph auprès du pharaon et du danger que son pouvoir finira par faire subir aux peuples « sédentaires » égyptiens, ce qui expliquera ensuite « L’exode ». Voilà la véritable histoire du peuple hébreu à travers les siècles, une histoire qui se perpétue encore aujourd’hui. En voici un extrait fort explicite:


Joseph, fils de Jacob, est trahi par ses frères, jaloux de ce cadet trop brillant. Il est vendu comme esclave en Égypte. Un malheur pour un bonheur : au pays de Pharaon, ses qualités intellectuelles supérieures lui assurent une fulgurante ascension sociale.
Nomade, Joseph est naturellement étranger aux populations sédentaires de l’Égypte. Mais justement : cela fait sa valeur aux yeux du Prince. Parce que Joseph lui devra tout, parce qu’il est un excellent gestionnaire, parce qu’il est loin des intrigues de la cour, Pharaon fait de lui son intendant.
Joseph suggère une méthode pour éliminer les famines qui ravagent l’empire. Que partout à travers l’Égypte, on érige des greniers, et que dans ces greniers, on dépose le cinquième des récoltes. Lorsque les récoltes seront bonnes, les réserves s’accumuleront. Mais en période de vache maigre, Pharaon revendra le contenu de ses greniers, et la disette sera évitée.
L’Égypte prospère. Mais très vite, le système entre en crise. Confiants dans les greniers d’État, privés d’un cinquième de leur récolte, les Égyptiens cessent d’épargner. Et lorsque plusieurs mauvaises années se suivent, le peuple, ruiné, ne peut racheter son blé.
Aux affamés, Joseph propose alors un accord : il leur donnera du grain, en échange de quoi, ils céderont leurs terres. Les Égyptiens acceptent. Et ainsi, en réservant l’épargne à Pharaon, Joseph est parvenu à confisquer le capital productif.
Escroquerie ? Certainement. Monstruosité ? Rien n’est moins sûr.
Le patriarche Joseph est un personnage complexe. Au vu du texte, il est impossible de dire s’il prend la décision de se faire spoliateur. Au départ, son rôle de conseiller économique auprès de Pharaon n’a rien de déshonorant : c’est semble-t-il pour le bien du peuple qu’il ordonne la construction des greniers. C’est encore pour éviter que les Égyptiens ne meurent qu’il leur revend blé contre terres. Joseph n’est pas l’âme damnée de Pharaon; il s’attache tout simplement à rationaliser le processus de la domination politique, sous l’angle économique. C’est un cadet dépossédé, qui s’élève dans la hiérarchie sociale en utilisant ses capacités intellectuelles supérieures, au sein d’un monde régi par la force. C’est un nomade rusé, doublé d’un dominateur par l’esprit – mais ce n’est pas un monstre.
Son caractère profondément humain transparaît bien dans les chapitres finaux de la Genèse, chapitres au cours desquels va se nouer le drame d’Israël.
Joseph pardonne à ses frères de l’avoir jadis vendu comme esclave, et installe sa nombreuse famille sur la terre d’Égypte, où elle prospère.
Elle prospère tellement, d’ailleurs, et se multiplie si bien, que Pharaon prend peur. Et si ces parvenus, ces nomades rusés, finissaient par sortir de l’ombre où ils se tiennent ? Après tout, rien ne les sépare du prince, hormis le trône. Dès lors, le but obligé de Joseph n’est-il pas de devenir le maître de Pharaon ?
Ici commence le livre de l’Exode.
Violent, cruel, le système induit par les choix de Joseph opprime tous les Égyptiens. La froide rationalité du patriarche a généralisé un esclavage implacable : sa descendance en paiera le prix. Pharaon, pour mater les Hébreux, les jette à leur tour dans les chaînes que leur père a consolidées.

Vous comprendrez bien dès lors que l’histoire récente ne peut trouver son dénouement que dans  contre la domination impérialiste bancaire véhiculée principalement par une communauté nomade alliée aux cupides wasps, jésuites et autres dévots de cet ordre mondial en construction. La révolte ne pourra venir que des peuples souverains et non des élites qui ont pour objectif au mieux que de nous contrôler. Vous remarquerez qu’en ces temps de domination bancaire totale aucun politique n’envisage de récupérer notre souveraineté monétaire alors que c’est le nœud de la domination. A part Marine Le Pen et le FN qui parle ouvertement et clairement de cette seule possibilité de reconquête de notre pouvoir économique même à sortir de l’euro et de l’UE car il le faudra pour mieux reconstruire. 

 

 

 

ce n' est pas la presse qui va nous révéler ça !

Haut de page