Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Prince de Lu ont-ils fondu pendant l'été. Ils pèsent désormais 300 g contre 330 g

par bbc2033 21 Mai 2015, 20:52 Archives

Lepoint.fr - Publié le 23/09/2008 à 17:53 - Modifié le 24/09/2008 à 10:13L'industrie alimentaire recourt à des ruses lui permettant d'augmenter les prix de vente sans que les consommateurs s'en aperçoivent © BERTRAND BECHARD / MAXPPP L'industrie alimentaire recourt à des ruses lui permettant d'augmenter les prix de vente sans que les consommateurs s'en aperçoivent © BERTRAND BECHARD / MAXPPP

 

Pour préserver ses marges quand les prix des matières premières flambent, l'industrie alimentaire recourt à des ruses lui permettant d'augmenter les prix de vente sans que les consommateurs ne s'en aperçoivent. Le magazine 60 millions de consommateurs , qui publie jeudi une enquête sur cette "inflation masquée", a observé leurs techniques pendant plusieurs mois. "Nous avons activé nos réseaux chez les distributeurs et passé deux appels à témoin à destination des consommateurs, l'un dans le magazine, l'autre sur notre site Internet", explique Lionel Mauguin, le journaliste qui signe cette enquête, interrogé par lepoint.fr. Car, il faut être "un consommateur sacrément avisé" pour remarquer ces pratiques, souligne le mensuel.

De multiples techniques

Bilan : trois procédés ont été utilisés et parfois même combinés. Le premier d'entre eux consiste à maintenir le prix en diminuant les quantités de produit. Ainsi, les célèbres Prince de Lu ont-ils fondu pendant l'été. Ils pèsent désormais 300 g contre 330 g, leur prix unitaire restant, lui, inchangé. Même opération pour le fromage blanc Jockey. Certes le prix du pot est le même, mais il ne contient plus que 850 g contre 1 kg auparavant. Seconde technique : le relookage d'emballage ou le changement total de packaging. 60 millions de consommateurs cite l'exemple de la vinaigrette Amora et de son flacon "Tout nouveau, tout beau !". Plus cher et, qui plus est, de moindre contenance. Enfin, le magazine a recueilli de nombreux témoignages semblant indiquer que des produits proposés chez des hard discounters auraient tout bonnement changé de recette, de manière à abaisser leur coût de fabrication, comme des yaourts, dont la proportion d'eau aurait subitement augmenté. Une méthode "plus pernicieuse" encore. Les intéressés démentent. En revanche, "les grandes marques, elles, ne s'y risquent pas, elles auraient trop à perdre. Elles préfèrent utiliser les deux autres procédés", estime toutefois Lionel Mauguin.

Luc Chatel : "Le consommateur est libre d'acheter, ou pas"

"Je ne suis pas surpris car ces pratiques ne sont pas nouvelles", explique le secrétaire d'État à la consommation, Luc Chatel, contacté par lepoint.fr. "Je dirais qu'à chaque fois qu'un produit est rénové, relancé, il peut bénéficier d'innovations qui peuvent engendrer des augmentations de prix. Le rôle d'un industriel, c'est de modifier régulièrement son produit. Le consommateur est ensuite libre d'acheter, ou pas, ces innovations", relève cet ancien du marketing chez L'Oréal. "Ce n'est pas au gouvernement d'encadrer les stratégies des marques. Le rôle des pouvoirs publics, c'est en revanche de faire en sorte qu'il n'y ait pas de tromperie, de donner au consommateur les moyens et les outils pour choisir librement. C'est pour cela que nous avons imposé le prix au kilo et au litre, qui sert précisément à comparer", avance le ministre. Luc Chatel appelle les consommateurs à la "vigilance" et à "faire jouer la concurrence".

Au moment où beaucoup de Français peinent à boucler leur budget, l'enquête de 60 millions de consommateurs relève également que les techniques de camouflage des prix employées faussent les chiffres de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) en matière d'inflation. Car, relève le mensuel,"pour ses relevés, l'Insee se focalise sur l'évolution du prix d'un même produit. Lorsque l'article sort des rayons, la série est interrompue". "Faux", s'insurge Luc Chatel, "l'Insee intègre l'évolution de ces produits dans ses calculs."

Prince de Lu ont-ils fondu pendant l'été. Ils pèsent désormais 300 g contre 330 g
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page