Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un rapport du Pentagone prévoit une glaciation de 2010/2020

par kikiko25 2 Juillet 2013, 20:19 Champ magnétique & tempêtes solaires

GlaciersChangements climatiques: ils savent ce qui se passe et s'y préparent. Un rapport soumis au Pentagone en 2003 et traduit en français . (Rapport téléchargement ici 1,4 meg) sur les perturbations et conditions climatiques actuelles qui s'intensifient et se désagrègent lentement et parfois subitement.
changement_climatique_grand
Rapport sur le climat : 2010-2020
• La sécheresse persiste durant la décennie entière dans les régions agricoles vitales et
dans les zones autour des principaux bassins de population en Europe et à l'est de
l'Amérique du Nord.
• Les températures annuelles moyennes perdent jusqu'à 2,75°C en Asie et en
Amérique du Nord et jusqu'à 3,3°C en Europe.
• Les températures augmentent de 2,2°C dans les zones clés dans l'ensemble de
l'Australie, de l'Amérique du Sud et de l'Afrique australe.
• Les tempêtes hivernales et les vents d'hiver s'intensifient, amplifiant l'impact des
changements. L'Europe de l'Ouest et le Pacifique Nord sont confrontés à une
augmentation des vents d'ouest.
Chacune des années de 2010-2020 voit une baisse des températures moyennes dans
l'ensemble de l'Europe du Nord, allant jusqu'à plus de 3,3°C de moins en dix ans. La
pluviométrie annuelle moyenne diminue presque de 30% dans cette région et les vents
sont jusqu'à 15% plus forts en moyenne. Les conditions climatiques sont encore plus
sévères dans les régions continentales intérieures de l'Asie et de l'Amérique du Nord.
Les effets de la sécheresse sont plus dévastateurs que le désagrément dû aux baisses de
la température dans les zones agricoles et peuplées. Avec la réduction persistante des
précipitations dans ces zones, les lacs s'assèchent, le débit des fleuves diminue et
l'approvisionnement en eau douce se réduit, mettant en danger les moyens de
conservation et épuisant les réserves disponibles d'eau potable. De méga-sécheresses
débutent dans les principales régions de la Chine du Sud et en Europe du Nord vers
2010 et perdurent tout au long de la décennie. Dans le même temps, des zones qui
étaient relativement sèches pendant les dernières décennies ainsi que des régions
habituées traditionnellement à l'agriculture en zones sèches, connaissent plusieurs
années durant des précipitations torrentielles et des fleuves qui débordent.
Dans la région de l'Atlantique Nord et à travers le nord de l'Asie, c'est au coeur de l'hiver
que le refroidissement est le plus prononcé, en décembre, janvier et février, bien que ses
effets se prolongent au cours des saisons, le refroidissement devenant de plus en plus
intense et moins prévisible. Alors que la neige s'accumule dans les régions
montagneuses, le refroidissement perdure jusqu'en été. En plus du refroidissement et de
la sécheresse estivale, la force moyenne du vent augmente à cause d'une circulation
atmosphérique qui se localise.
GlaciationMap
Tandis que les schémas météorologiques sont perturbés au début du changement
climatique autour du globe, les effets sont bien plus prononcés en Europe du nord
pendant les cinq premières années suivant l'effondrement de la circulation
thermohaline. À partir de la deuxième moitié de cette décennie, le froid et les conditions
plus rudes s'étendent et pénètrent plus profondément en Europe méridionale, en
Amérique du Nord et au-delà. Le nord de l'Europe se refroidit selon un modèle
climatique où le froid prolonge la période pendant laquelle le nord de l'océan Atlantique
Nord est pris dans les glaces, facteur supplémentaire du refroidissement, ce qui allonge
la période des températures hivernales de l'air en surface. Les vents reprennent du fait
que l'atmosphère tente de compenser le gradient de température accentué entre le pôle
et l'équateur. L'air froid soufflant sur le continent européen provoque des conditions
particulièrement dures pour l'agriculture. La combinaison du vent et de la sécheresse est
à l'origine de tempêtes de poussière de grande ampleur et de l'appauvrissement des sols.
Les signes d'un réchauffement progressif se dessinent dans la plupart des régions du sud
en bordure de l'océan Atlantique, mais la sécheresse ne s'atténue pas. Vers la fin de la
décennie, le climat de l'Europe s'apparente plus à celui de la Sibérie.

4055669324

Chine. Avec ses besoins alimentaires élevés étant donnée son importante population, la
Chine est durement frappée à cause de ses pluies de mousson devenues aléatoires.
Celles-ci, occasionnelles pendant la saison d'été, sont bien accueillies pour l'eau qu'elles
apportent, mais elles ont des effets dévastateurs car elles inondent des sols
Froid
Sec
Venté
Froid
Sec
Venté
Sec
Humide
Tempêtes Sec
Moussons
irrégulières
« Brusque changement climatique » 14 - 25 ans
généralement à nu. Des hivers plus longs, plus froids et des étés plus chauds, provoqués
par une diminution du refroidissement par évaporation en raison de la réduction des
précipitations, diminuent les ressources en énergie et en eau déjà faibles. Une vaste
famine entraîne le chaos et des luttes internes, alors que la Chine, froide et affamée,
lorgne jalousement sur les ressources énergétiques du côté de ses frontières avec la
Russie et les pays situés à l'ouest.
Bangladesh. Les ouragans persistants et un niveau de la mer plus élevé provoquent
d'énormes vagues qui entraînent une importante érosion côtière rendant presque
inhabitable une grande part du Bangladesh. De plus, l'élévation du niveau de la mer
provoque la contamination des approvisionnements d'eau douce à l'intérieur des terres,
créant une pénurie d'eau potable et une crise humanitaire. Une émigration massive se
produit, entraînant des tensions en Chine et en Inde, déjà en lutte pour contrôler la crise
à l'intérieur de leurs propres frontières.
Afrique de l'Est. Le Kenya, la Tanzanie et le Mozambique font face au léger
réchauffement du climat, mais sont confrontés à une sécheresse persistante.
Accoutumés à des conditions climatiques sèches, ces pays ont été les moins influencés
par le changement des conditions atmosphériques mais, comme les principales régions
de production céréalière sont en difficulté, leur approvisionnement alimentaire est mis à
mal.
Australie. Principale exportatrice alimentaire, l'Australie lutte pour fournir de la
nourriture à toute la planète, car les changements moins importants de son climat
n'affectent pas sévèrement son agriculture. Mais les grandes incertitudes au sujet du
changement de climat dans l'hémisphère sud rendent suspect ce scénario moins
préoccupant.

IMPACT SUR LES RESSOURCES NATURELLES
Les modalités de changement du temps et des températures des océans affectent
l'agriculture, les poissons, la faune sauvage, l'eau et l'énergie. Comme les principales
régions passent d'une tendance au réchauffement à une tendance au refroidissement, les
rendements agricoles sont moins prévisibles car ils sont touchés par des perturbations
de la température et de la pluviométrie ainsi que par la chute de 10 à 25% de la durée
des saisons de culture et de récolte. Alors que quelques parasites agricoles meurent en
raison des changements de température, d'autres espèces résistent plus aisément à la
sécheresse et aux vents, requérant de nouveaux pesticides ou toute une panoplie de
traitements. Les pêcheurs industriels, qui disposent de droits de pêche spécifiques dans
des zones précises, seront mal équipés face à une migration massive de leurs proies.
Ne comptant que cinq ou six régions essentielles pour la culture céréalière dans le
monde (les États-Unis, l'Australie, l'Argentine, la Russie, la Chine, et l'Inde), l'excédent
de l'approvisionnement alimentaire mondial est insuffisant pour répondre à de graves
conditions climatiques dans plusieurs régions en même temps, sans parler de quatre ou
cinq à la fois. L'interdépendance économique mondiale rend les États-Unis de plus en
plus vulnérables à des bouleversements économiques, créés par des variations
climatiques locales dans des zones agricoles clés et à forte densité de population tout
autour du monde. Des carences catastrophiques dans l'approvisionnement en eau et en
« Brusque changement climatique » 15 - 25
énergie, ressources déjà sous pression aujourd'hui dans le monde, ne peuvent être
rapidement surmontées.

qx7yoegl
IMPACT SUR LA SECURITÉ NATIONALE
La civilisation humaine s'est établie avec la stabilisation et le réchauffement du climat de
la planète. Un climat instable et plus froid aurait signifié que les humains n'auraient pu
ni développer l'agriculture, ni s'établir de façon permanente. Avec la fin du Dryas Récent
et grâce au réchauffement et à la stabilisation qui ont suivi, les humains ont pu
apprendre les rythmes de l'agriculture et s'établir dans des endroits dont le climat
permettait une production assurée. La civilisation moderne n'a jamais fait l'expérience
de conditions climatiques aussi durablement perturbées que celles décrites dans ce
scénario. En conséquence, les implications sur la sécurité nationale décrites dans ce
rapport ne sont qu'hypothétiques. Les impacts réels varieraient considérablement selon
les nuances des conditions climatiques, de l'adaptabilité de l'humanité et des décisions
prises par les politiciens.

Les violences et les perturbations dues aux pressions qu'engendrent de brusques
changements climatiques, présentent un genre de menace différent pour la sécurité
nationale que celui auquel nous sommes accoutumés aujourd'hui. La confrontation
militaire peut être déclenchée par un besoin extrême de ressources naturelles, telles que
l'énergie, la nourriture et l'eau, plutôt que par des conflits liés à l'idéologie, à la religion
ou à l'honneur national. Ces nouveaux motifs de confrontation changent la donne quant
à la vulnérabilité des pays et modifieraient les signaux existants qui nous avertissent des
menaces pesant sur la sécurité.
C'est un vieux débat d'école que de savoir dans quelle mesure les diminutions des
ressources et les défis environnementaux conduisent à des conflits entre les États.
Tandis que certains les considèrent comme seul motif nécessaire pour une nation d'en
attaquer une autre, d'autres arguent du fait que leur effet premier est d'agir comme
déclencheurs de conflits entre des pays qui font face à des tensions sociales,
économiques et politiques préexistantes. Indépendamment de cette question, il semble
indéniable que des problèmes écologiques graves sont susceptibles de faire grimper le
taux de conflit mondial.

Le co-fondateur et président du Pacific Institute for Studies in Development,
Environment, and Security (Institut Pacifique d'Études sur le Développement,
l'Environnement et la Sécurité), Peter Gleick, décrit les trois défis les plus fondamentaux
que pose un brusque changement climatique vis-à-vis de la sécurité nationale :
1. Manque de nourriture dû à la baisse de la production agricole
2. Diminution de la disponibilité et de la qualité de l'eau douce, due aux inondations
et aux sécheresses
3. Interruption de l'accès aux minerais stratégiques à cause du gel et des tempêtes
Dans l'hypothèse d'un brusque changement de climat, il est probable que les contraintes
liées à l'accès aux ressources en nourriture, en eau et en énergie seront d'abord gérées
par des moyens économiques, politiques et diplomatiques, tels que des traités ou des
« Brusque changement climatique » 16 - 25
embargos commerciaux. Cependant, avec le temps, les conflits sur l'utilisation de l'eau
et des terres seront susceptibles de devenir plus graves et plus violents. Au fur et à
mesure que le désespoir gagnera les États, la pression pour agir se fera plus forte.
DayAfterTomorrow
THE DAY AFTER .

Un rapport du Pentagone prévoit une glaciation de 2010/2020

Haut de page